11.4.12

Balint Zsako, quand l'art souffle de Hongrie


Cela s'appelle une moisson de printemps. Pour sa 6e édition, Drawing Now Paris a ravi les fans de dessin contemporain par sa profusion de découvertes à des prix possibles.
Peter Halley aux géométries flashy (3 500 €), David Sallé, chantre du «Bad Painting» (4 000 €), Marcel Dzama le surréaliste de Winnipeg et ses petits personnages horrifiques (jusqu'à 5 000 €) jouaient les guest stars ou les valeurs sûres à la Galerie Placido (41, rue Chapon, IIIe).



À côté, The Proposition de New York présentait Balint Zsako, un inconnu frappant de maîtrise et de classiscisme révisité. Cet Hongrois de 32 ans est passé par le Canada avant Manhattan. Il dessine en coloriste délicat une pyramide de femmes nues qui emprunte à la frise, à la saga et à la peinture tout entière. Il y a un mystère à lire dans ces corps pleins et bleutés comme les plumes d'un canard colvert, ces chairs mauves ou orangé (Untitled, 2010), ces reflets émeraude de statues moussues (Untitled 155, 2010, 3 000 €). The Art Gallery of New South Wales, le musée de Sydney (Australie), suit ce peintre, aquarelliste et dessinateur qui travaille sur une fresque monumentale en neuf panneaux, promise pour mai.
The Proposition exposera Balint Zsako à New York, du 14 avril  au 26 mai. 
par: Par Valérie Duponchelle

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger