22.4.12

Conférence de l’archéologue Mohamed Kheir Orfali : L'art numido-punique revisité

L'art numido-punique, à travers formes et ornements de poteries, tailles et motifs de stèles votives et architecture de mausolées qui renvoient au premier millénaire avant J.-C.

 L'art numido-punique, à travers formes et ornements  de poteries, tailles et motifs de stèles votives et architecture de mausolées qui renvoient au premier millénaire avant J.-C., époque de l'arrivée des Phéniciens en Afrique du Nord, a été revisité mercredi dernier à Alger par l'archéologue Mohamed  Kheir Orfali. Entamant sa conférence par un aperçu historique sur les principales étapes ayant marqué la région du Nord-Africain, les royaumes numides qui avaient Cirta (actuelle Constantine) comme capitale, et la ville de Carthage, notamment, ce professeur d’archéologie a rappelé que le but de la présence phénicienne  dans la région était «purement» commercial, d'où l'apparition de plusieurs  comptoirs.
Après avoir précisé que l'apogée de la Numidie était à l'époque de Massinissa  et que sa fin se situait en 40 après J.-C. sous le règne de Ptolémée, assassiné  par l'empereur romain Caligula, l'orateur s'est penché sur les découvertes d'objets  divers datant de l'époque numido-punique lors de fouilles archéologiques menées  dans des sites archéologiques que recèle l'est de l'Algérie. A travers des poteries découvertes dans des ateliers de potiers antiques dans la région de Tiddis à Constantine, M. Orfali a mis en exergue la différence  entre les poteries numides et puniques qui se distinguent les unes des autres par la forme comme par les motifs de décoration. Pour la poterie numide, la décoration des vases et jarres présentées  en images est basée sur des triangles orientés vers le haut. Il s'agit de motifs géométriques séparés par des motifs végétaux, astraux et parfois par des figures humaines, encore utilisés dans les céramiques et  dans des tapis et bijoux traditionnels. A propos de la poterie punique, les techniques de décoration comme la  forme des poteries différent de celles des Numides. L'archéologue a présenté à cet égard des images de poteries en forme d'animaux, béliers et oiseaux,  notamment, et d'autres comportant des visages humains ou rappelant un corps  de femme.        
Par ailleurs, M. Orfali, professeur à l'Institut d'archéologie de l'université d'Alger, a présenté une série d'images de stèles votives puniques, sculptées, a-t-il dit, dans un but non artistique, comportant des représentations de divinités  et des stèles numides sur lesquelles est souvent présenté un cavalier ou un  soldat.
Les mausolées ont formé le dernier volet abordé par l'archéologue pour apporter des éclaircissements sur leur utilité ainsi que sur les techniques  et la nature des matériaux utilisés dans leur construction. Il s'est étalé principalement sur le mausolée royal de Maurétanie, dit  «tombeau de la Chrétienne», qui se trouve à Tipasa, le Medracen, situé entre  Cons-tantine et Batna, et le mausolée d'El Khroub, supposé être la tombe de Massinissa. «L'art numido-punique» est la deuxième conférence d'une série de rencontres mensuelles autour de l'histoire de l'art algérien qu'organise le Musée national des beaux-arts.
Rappelons que «L'art préhistorique du Sahara» a été le thème de la première conférence animée en mars dernier par l'universitaire Nadjet Aïn Sbaa.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger