25.4.12

l'histoire de l'art à l'ère...

Dans le cadre d'un projet consacré à IAIN BAXTER&, l'exposition L'histoire de l'art à l'ère... s'interroge sur le rôle de la copie, de la reproduction et du décadrage, mais aussi sur la diffusion et la circulation de l'information, autant de thèmes qui se retrouvent dans le travail de cet artiste conceptuel canadien.
Iain Baxter est un de ces hommes à la créativité débordante. Difficile de résumer son parcours ; à la fois peintre, sculpteur, performer, photographe et chef d'entreprise ou restaurateur, cet artiste conceptuel canadien ne cesse d'inventer, de créer et d'étonner son public depuis près d'une cinquantaine d'années. Ses nombreuses réflexions sur l'art l'ont amené à en faire là où on l'attendait le moins et à modifier son propre nom. En effet, depuis 2005 il a officiellement ajouté une esperluette à son patronyme, devenant ainsi IAIN BAXTER&. Cet acte témoigne de son questionnement sur le rôle de l'artiste et sur celui d'un art non-autoritaire où la collaboration avec celui qui regarde prédomine.

Il fallait mettre à l'honneur l'originalité de cet artiste iconoclaste et anti-dogmatique, CoB#2 l'a fait. Ce projet est une remise en forme de son exposition Celebration of the Body (CoB#1) présentée pendant les Jeux Olympiques de Montréal en 1976. Pour célébrer le corps, Iain Baxter avait rassemblé et montré la variété de ses représentations (artistiques, sportives, érotiques, médicales, documentaire, anthropologique, etc.). Il avait entre autres photographié dans des livres d'histoire de l'art les reproductions d'œuvres qui l'intéressaient au lieu d'exposer des originaux.

Première de la série CoB#2, l'exposition L'histoire de l'art à l'ère... se concentre sur certains aspects importants du travail de Iain Baxter au sein de la N.E. Thing Company (l'entreprise conceptuelle que l'artiste avait créée et dirigé avec sa femme Ingrid) : la circulation de l'information, le décadrage, la copie, l'humour, voire le plagiat. Elle s'intéresse donc aux récentes réactivations faites par des artistes, commissaires ou historiens dans lesquelles le face à face avec l'original devient moins essentiel que ce que nous donnent à redécouvrir la copie, le double, le plagiat ou la diffusion par la reprographie et le troc. Des collections d'images puisées dans des livres d'histoire de l'art, des expositions d'art contemporain reconstituées en photocopies, un match de baseball, plusieurs de rugby, des films ainsi que des performances seront ainsi re-présentés.

Nuda Umanità, Gabriele di Matteo, 2002-2005
L'exposition est accueillie par le Musée des moulages de l'Université Lumière Lyon 2. Dans ce lieu atypique, des œuvres des plus variées seront ainsi exposées au milieu de copies de sculptures antiques et médiévales. Portée par le service culturel de l'Université, l'exposition est réalisée par un groupe d'étudiant et encadrée par l'artiste commissaire Fabien Pinaroli.

- Ouvert jusqu'à 23h lors de la Nuit des musées le 19 mai

par: univ-lyon2.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger