24.4.12

Festival de Fès des arts plastiques Les enjeux de l’éducation dans l’art

Le festival vise à promouvoir l’éducation culturelle et artistique chez les jeunes et aiguiser l’esprit critique du public.
Véhiculer, à travers les arts plastiques, des messages éducatifs de citoyenneté, de solidarité et de respect de l’autre, tel est le principal objectif du Festival international de Fès des arts plastiques dans sa 10e édition.

Fès accueille jusqu’au 26 avril, la 10e édition du Festival international des arts plastiques, qui connaît la participation de plus 60 artistes représentant 18 pays arabes et occidentaux à savoir (Maroc, Égypte, Algérie, Tunisie, Liban, Turquie, Roumanie, Grande-Bretagne, etc.). Initié par l’Observatoire régional de la connaissance et de la communication en partenariat avec la commune urbaine de Fès, le festival a été placé cette année sous le thème : «L’art plastique et les enjeux de l’éducation».
À propos du thème de cette édition, Mohammed Benkirane, directeur du festival, explique que l’éducation constitue la voie qui conduit l’esprit humain vers la méditation et l’appréciation de l’esthétique. «Nous avons l’ambition à travers ce festival, cette année, de faire un éclairage sur la relation entre l’éducation et l’art dans toutes ses dimensions, dans ce contexte actuel marqué par des bouleversements à tous les niveaux de notre existence», précise-t-il.
Pour sa part, l’artiste peintre et président du festival, Said Afassi, estime que ce festival illustre la volonté des organisateurs de promouvoir l’éducation culturelle et artistique chez les jeunes et à aiguiser l’esprit critique du public. «Cette manifestation culturelle et artistique se veut, une occasion de passer au crible les particularités des arts plastiques et les messages qu’ils véhiculent, par rapport surtout à l’éducation à la citoyenneté, la solidarité et le respect de la différence», ajoute-t-il.
Ceci étant, le festival a tenu toutes ses promesses, réservant au public, depuis le coup d’envoi, une programmation riche et variée. Il s’agit entre autres d’expositions d’art présentées par les artistes participant au festival, des ateliers d’arts plastiques au profit des enfants, des débats, des tables rondes, des cérémonies de signature d’ouvrages, ainsi que des colloques. Le public a eu également droit à des lectures poétiques présentées par des poètes marocains et arabes.
Par ailleurs, le festival, qui se clôturera le 26 avril, a connu la mise en chantier d’un grand tableau de 10 mètres à la place historique de Bab Boujloud. Un travail qui s’inscrit dans le cadre d’une initiative de l’artiste saoudien Abdeladim Addamen, qui consiste à réaliser un tableau faisant valoir les valeurs de paix et de coexistence et mettant à contribution des artistes de diverses religions, cultures et nationalités. Une fois qu’il aura parcouru tous les pays prévus par l’initiative, le tableau devra être présenté au livre Guinness des records. Autre moment fort du festival, l’hommage rendu au célèbre artiste peintre, calligraphe et éditeur marocain, Mohammed El Boukili.
En réunissant des artistes-peintres venant d’horizons différents et représentant divers mouvements et courants picturaux, le Festival international des arts plastiques de Fès contribue, par sa diversité, au développement des arts plastiques au Maroc, en créant de multiples opportunités de rencontres et d’échanges d’idées et de techniques artistiques entre les artistes marocains et leurs confrères étrangers.

Hommage à l’artiste Mohammed el Boukili

Mohammed El Boukili, 58 ans, est un artiste peintre, calligraphe et éditeur de renommée. Il a fait ses premiers pas dans le domaine artistique dans les années 60 à Fès, et il est connu pour sa contribution dans la mise en exergue notamment de l’esthétique de la calligraphie arabe à travers ses formes, en puisant dans le patrimoine religieux et civilisationnel de la culture arabe. L’artiste el Boukili a pris part, depuis 1975, à plusieurs expositions d’art plastique individuelles et collectives montées au Maroc et dans des pays arabes comme le Koweït, l’Irak, Qatar, Amman et l’Arabie saoudite.
Publié le : 23 Avril 2012 - Afaf Razouki, LE MATIN

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger