15.4.12

Florence H, artiste plasticienne à Montpellier.

Florence H est née en 1967, dans les Hauts de Seine, à Bagneux, mais elle passe toute son enfance dans le sud de la France, à Nîmes, ville de mémoire et de mythologie.
 
 De ses promenades entre les vestiges du Temple de Diane, les Thermes romains, et les rues chargées d’histoire de la vieille ville, elle développe une sensibilité pour les civilisations perdues, l’imaginaire méditerranéen, et les arts traditionnels ancestraux. Petite fille de l’écrivain provençal René Baranger (« Sylvéréal », « Camargue chère » etc…) dont elle désapprouve le goût pour les corridas, et la boucherie « bling-bling », Florence H se découvre un goût pour le contre-pied et la dénonciation provocatrice, dont l’expression picturale deviendra le fer de lance. Ouvertement du coté du taureau, et plus généralement des exploités et des malheureux, l’artiste exige de son art qu’il rétablisse, au moins symboliquement, et toujours avec humour, une part de vérité. Par ailleurs, mère de famille paisible et ancienne étudiante assidue, (4 filles, Maîtrise de psychologie, D.E.U.G d’Arts plastiques,) elle attend patiemment, qu’une juste place soit redonnée aux femmes (artistes entre autres) ainsi que : Le Jour de la Révolution, ou à défaut celui de l’Apocalypse.
Pour le papier mâché :
La démarche de Florence H se veut semblable à celle de l’alchimiste , Nicolas Flamel qui avait trouvé la formule pour transformer le plomb en or.
Elle, récupère des emballages, du plastique, de vieux journaux jetés et en fait son matériau de prédilection. L’objet jeté, devenu inutile, encombrant voire polluant retrouve, par la transformation quasi magique que lui fait subir l’artiste, une vie nouvelle, une force esthétique et un sens universel.
Par l’intention et la créativité du geste artistique, le déchet vulgaire devient oeuvre sublime, il meurt, puis se réincarne dans l’immortalité de l’oeuvre d’art.
L’imagination foisonnante et luxuriante de Florence H trouve ses racines dans les traces laissées par les civilisations perdues, l’art ancestral et traditionnel, ainsi que la richesse de la Nature sur laquelle elle convie le spectateur à porter à nouveau un regard émerveillé.

27 rue Saint-Antoine, 34070 Montpellier (quartier Figuerolles)
04 67 29 37 36/ 06 69 15 42 70

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger