18.4.12

Génération Kadors 3 au théâtre : la danse, un immense plaisir à tout âge

S'il voulait démontrer que la danse est un plaisir à tout âge, Hervé Maigret a pleinement atteint son objectif.
Réunir trois générations de danseurs sur un plateau, au fil d'une chorégraphie exaltante, ...
était déjà un défi mais parvenir ensuite, le temps d'un bal moderne, à faire monter sur scène une foule de spectateurs a bel et bien relevé de la performance. Pour le plus grand plaisir de tous, à commencer par celui du chorégraphe Hervé Maigret.


La semaine dernière au théâtre, le public n'a pas eu droit qu'à un spectacle de danse contemporaine mais à une véritable ode à l'expression corporelle. En préambule au spectacle de la compagnie NGC 25, les spectateurs ont en effet pu apprécier les prestations des étudiants de l'École supérieure d'art installés sur le parvis, dans le hall et dans la chapelle Saint-Julien. Performances orchestrées par leur professeur Magali Desbazeille au fil desquelles, les jeunes gens se sont réappropriés les thèmes de la soirée : défi, machisme, amitié... Et ce, avec beaucoup de talent et d'esprit créatif. La musique allait être elle aussi à la fête car, outre les trois duos de danseurs qui allaient se succéder sur scène, c'est un juke-box qui fut la vedette de la soirée ! Un personnage à part entière qui a distillé des tubes des années 70 et 80 et entraîné les danseurs dans des performances aussi chorégraphiques que physiques, mais pas seulement... Ce juke-box, vraiment pas comme les autres, a su également se mettre parfaitement au diapason des danseurs. Une prouesse technique qui mérite d'être saluée à l'instar de la mise en lumière de ce spectacle d'une précision et d'un enthousiasme extrêmes. Les trois générations de danseurs qui se sont succédé, pour se retrouver le temps d'un final éblouissant, auront bel et bien cassé les tabous sur la danse contemporaine pour attester que cette énergie festive est surtout un grand moment de partage. Ce ne sont pas les spectateurs qui affluèrent sur scène à l'issue de ce spectacle qui prétendront le contraire ! Des spectateurs ravis d'apprendre les bases du Madison puis de faire danser leurs mains et leurs bras avec Nino Ferrer. Les jeunes danseuses des écoles de Sylvie Barret et de Jazz in &Co, qui avaient eu la chance de travailler avec le chorégraphe, conclurent cette belle soirée de la plus belle des manières. Désormais, tout le monde sait qu'avec Hervé Maigret, ce ne sont pas seulement les cinq dernières minutes qui sont les plus intéressantes ! • J.-P. L. (CLP)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger