2.4.12

Kokian, agitateur d'images

"Keith Haring Bad Trip" de Kokian (détail). © Renaud Aumaître
Le trublion expose dans le 8e arrondissement.
Interpeller. Le mot revient souvent dans la bouche de Kokian quand il décrit sa peinture. Jaillissante, vibrante, joyeusement colorée, celle-ci doit pourtant beaucoup aux blessures d'un tempérament obstinément solitaire. "Je pense qu'on est artiste un peu par défaut, dès l'enfance, comme un clou qui n'arriverait pas à rentrer dans le mur - je n'arrive pas à rentrer dans le mur, et je m'adapte", sourit-il.

Une petite enfance passée entre la Birmanie et le Maroc puis un retour brutal en France à l'âge de huit ans ancrent en lui le sentiment d'une étrangeté tenace. Avant de découvrir sa voie d'expression : la peinture. À 18 ans, il dilapide le prêt qui devait financer ses études de droit pour acheter des toiles. Débarquant à New York sur un coup de tête, il découvre l'art de la rue, y pose des dessins accompagnés de brèves phrases. Ce qui lui plaît ? Guetter les réactions des passants. "J'ai besoin d'avoir un accès immédiat à l'émotion ou au rejet du spectateur." Avant d'attirer l'oeil des galeries.

"Tout ce qui bouillonnait à l'intérieur de moi, sans vraiment pouvoir le dire, je l'ai mis là. La peinture, c'est un peu un rébus." Un rébus, c'est aussi ce qu'évoquent les inscriptions qui parsèment ses toiles. Sa dernière série, actuellement exposée galerie Caplain-Matignon, s'intitule Pop art is dead. Un clin d'oeil ludique à Warhol, pour des toiles qui bousculent mots et couleurs autour de quelques icônes. Songe-t-il à investir les murs de nouveau ? "Je pourrais le faire, mais dans un but politique. Ce qui m'intéresse, c'est d'être témoin de mon époque : dessiner quelque chose qui ait du sens à un endroit précis, sans être donneur de leçons pour autant."
Kokian, Galerie Caplain-Matignon, 29 avenue Matignon, 75008
Par 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger