13.4.12

Lille Art Fair : l'art contemporain, luxe, calme, volupté et commerce

Spécificité de cette édition 2012: une lisibilité donnée à la sculpture, nouvelle valeur refuge des collectionneurs. PHOTO PIERRE LE MASSON
La cinquième édition de la foire d'art contemporain se tient à Lille Grand Palais jusqu'à dimanche soir. Avec un invité d'honneur à découvrir : Jacques Villeglé.

Les piétons arrivant face à l'entrée de Lille Grand Palais (boulevard Dubuisson) ne manqueront pas de remarquer l'étonnante et imposante sculpture Yes - quatre mètres de haut, cinq tonnes d'acier - façonnée à la fin des années quatre-vingt dix par Jacques Villeglé avec les sigles du yen, de l'euro et du dollar. Une oeuvre clin d'oeil, comme une facétie sérieusement pensée qui ne surprend pas quand on a un peu approché ce malicieux octogénaire, cofondateur du mouvement des Nouveaux réalistes lancé en 1960 avec Arman, César, Christo et Yves Klein notamment (excusez du peu). Travaillant encore volontiers, quand on lui demande, sur des affiches qu'il recompose après les avoir lacérées en tous sens, mais également sculpteur, Jacques Villeglé a signé une oeuvre imposante, reconnue à travers le monde : belle idée, donc, qu'a eue Didier Vesse, directeur artistique de Lille Art Fair, que de donner un coup de projecteur sur ce grand nom de l'art contemporain. Plusieurs galeries - Guy Pieters, Véronique Smagghe, Herzog - comme les éditions Pasnic - estampes - ou Alain Buyse - spécialiste de sérigraphie installé à Lille -, permettront de prendre la mesure de son oeuvre.
Installée sur 12 000 m² (2,3 km de cloisons !), cette cinquième édition de Lille Art Fair accueille quatre-vingt quinze galeries venues pour partie de Paris et de la région comme de l'étranger (Belgique, Allemagne, Pays Bas notamment, mais aussi le Japon). On y croisera quelque 420 artistes - pas forcément tous physiquement -, ainsi que des éditeurs d'art et trois collectionneurs privés (Nicolas Laugero Lasserre, Vincent Lavandier, Michel Poitevin). « L'idée est de donner une petite idée de la diversité de l'art contemporain » souligne Didier Vesse. Spécificité de cette édition 2012 : une lisibilité donnée à la sculpture puisque, dit-on, le marché de l'art ressent un engouement certain depuis déjà l'an dernier (la trois dimensions comme valeur refuge dans un contexte incertain ?) Événement artistique et culturel, une foire d'art contemporain comme celle-ci relève aussi du commerce et des affaires : pour certaines pièces, les prix sont affichés sereinement, pour d'autres, la discrétion est de mise. Ici, tout n'est que luxe, calme, et volupté. 
PAR: JEAN-MARIE DUHAMEL

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger