27.4.12

MACL: les lauréats Jeunes Artistes en arts visuels

Photo Pierre Latour
Steve Lévesque, en compagnie des deux lauréates, Jessica Peters et Caroline Hébert.
Le prix était initié au tournant du siècle et, pour sa douzième édition, les lauréats Jeunes artistes en arts visuels des Laurentides sont Jessica Peters et Caroline Hébert. 

La remise se faisait bien évidemment au Musée d’art contemporain des Laurentides et Jessica Peters recevait la bourse de 2 500 $ en Recherche et diffusion, tandis que Caroline Hébert acceptait le prix Initiation à la sérigraphie, avec une bourse de 1 000 $ offerte par l’Atelier de l’Île de Val-David.
Jessica Peters a étudié les arts plastiques au cégep voisin du Vieux-Palais puis à l’UQUAM, mais elle est présentement établie à Lachute. Elle sera donc attendue au MACL avec sa récente production au printemps 2013.
Caroline Hébert est une artiste verrière et elle pourra bénéficier d’un séjour d’une semaine à l’Atelier de l’Île afin d’explorer son art, aidée d’une assistante technique. Elle bénéficiera de tout le matériel requis ainsi que de l’hébergement, avec frais de subsistance.
Sachez, par ailleurs, que le musée présente en ce moment l’exposition d’un ex-récipiendaire de ces prix jeunesse, alors que Steve Lévesque présente Translucide, une production inspirée du cut up, de William Burroughs, et son travail en peinture et photographie se poursuit tout autant avec son intervention in situ intitulée Golden Discs.
Ses techniques mixtes s’avèrent toujours aussi critiques, sinon satyriques, et l’artiste utilise des images photographiques fortes qu’il superpose avec de la peinture au point de confondre la représentation avec un graffiti.
Il en résulte des tableaux très évocateurs qui apparaissent comme autant d’éditoriaux; il s’agit d’un art engagé dont les pièces se confondent quelque peu avec des affiches.
Par ailleurs, la galerie Verticale investit le foyer de la Maison de la culture, sur le même étage que les salles du Musée, avec l’exposition l’Insoutenable légèreté de l’être des artistes Annie Baillargeon, Jean Mailloux et Roger Proulx, lesquels posent un regard sur l’homme comme individu social, à la manière de Kundera.
Vous aurez aussi droit à l’exposition intitulée Supercalifragilisticexpialidocious, de Marjolaine Bourdua, Bruno Gareau, Arthur Desmarteau, Allison Moore, Mathieu Latulippe, Chloé Lefevre et Martin Lord. Ici on cherche le côté sombre et surprenant du merveilleux, à la manière d’Alice au pays des merveilles.
Les expositions perdurent jusqu’au 10 juin et c’est au 101, Place Curé-Labelle. Prenez le clocher de la cathédrale pour repère et vous y êtes. Le MACL est ouvert du mardi au dimanche, entre 12 h et 17 h, et vous obtiendrez tous les renseignements en composant le 450-432-7171.
par:Luc Proulx
blogger