1.4.12

Marseille : collectionneurs d'art à tout prix

L'expert Thierry de Lachaise présente "l'ensemble cohérent de pièces historiques", des objets rares réunis par le collectionneur Pierre Jourdan-Barry, dont le nom fait autorité.
Photo Thierry Garro
Amateurs éclairés, vendeurs, acheteurs... Les Marseillais sont discrets mais actifs
Souvent leur passion naît de "la beauté des choses" comme l'avoue un collectionneur désireux de garder l'anonymat. Membres de grandes familles marseillaises ou pas, issus d'une tradition de collectionneurs ou autodidactes, ils sont un petit cercle de familiers des hôtels des ventes à se retrouver lors d'événements aussi prisés que privés. Comme la présentation de la collection Raymond et Pierre Jourdan-Barry avant sa mise en vente par Sotheby's le 18 avril prochain à Paris, qui elle est bien entendue publique. Un rendez-vous immanquable pour les connaisseurs, à plus d'un titre.


D'abord parce que Pierre Jourdan-Barry est marseillais (il a cédé sa collection de faïences au musée Pastré), ensuite parce que son goût pour l'orfèvrerie des XVIIe et XVIIIe lui a permis de réunir pendant une cinquantaine d'années des pièces rares, comme une écuelle et son présentoir dans un écrin de vermeil réalisés par Thomas Germain et estimée à 500 000 €. Ces 200 lots raffinés seront dispersés suscitant la convoitise d'amoureux d'aiguières finement travaillées ou d'élégantes cuillères à pot au parcours parfois insolite.

"Non, ce n'est pas de la spéculation !"

Un de ces intéressés, médecin à la retraite et habitant du centre-ville, fan de faïence provençale raconte : "Au début, on achète n'importe quoi puis on devient spécialiste et on se laisse aller à des coups de folie pour des pièces qui donnent plus de satisfaction. Non, ce n'est pas de la spéculation !". D'ailleurs, ce collectionneur utilise tous les biens qu'il possède : "Une cafetière, c'est pour le café, il ne faut pas que ça dorme". Ses presque 100 pièces sortent aussi volontiers de sa demeure pour des expositions, "je suis prêteur, les objets doivent être vus pour former la culture visuelle ou historique".

Un goût contagieux pour une époque qui prend également du temps : "Cela appelle une décoration intérieure, quelques tableaux, on est ouvert, c'est un ensemble, un équilibre". S'il ne fonctionne pas en réseau, ce petit cercle de collectionneur s'abrite des regards, explique encore l'amateur qui oeuvre en solitaire, sans décliner les conseils d'amis devenus experts qui échangent autour de leur, parfois très coûteuse, addiction. "Internet simplifie bien les choses mais pour quelque chose de somptueux, il vaut mieux être sur place", explique l'habitué qui achète souvent via son téléphone.

À la pointe émergée de ce monde : la fondation Regards de Provence (emmené par Pierre Dumon) qui présentera dans l'ancienne station sanitaire maritime en 2013 son importante collection de 900 tableaux (des oeuvres du XVIIIe à aujourd'hui, de Lacroix de Marseille à Surian et Vialat en passant par Ziem ou Monticelli). Signe de l'intérêt des maisons de vente prestigieuses pour la ville, la fondation reçoit, pour la création de son musée, le mécénat de Christie's qui souhaite ainsi "renforcer sa présence dans la région". La compagnie annonce, aussi deux jours avant la vente de la collection Jourdan-Barry, celle de la collection du comte et de la comtesse Niel avec près de 130 oeuvres du XVIIIe (orfèvrerie, livres et tableaux, sculpture et mobilier estimés à près d'1,5 million). Deux événements qui devraient faire frémir, les adeptes locaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger