30.4.12

Ottawa veut vendre sa collection d'art

OTTAWA – Le ministère des Affaires étrangères du Canada projette de vendre des tableaux de sa collection d’art signés par certains des artistes les plus renommés du pays, dont Jean-Paul Riopelle, Paul-Émile Borduas et Clarence Alphonse Gagnon.

Premier événement du genre dans l’histoire du ministère, la vente découle des importantes coupes budgétaires décrétées par le gouvernement, qui comprennent notamment la fermeture de plusieurs missions diplomatiques.
Certaines de ces toiles décorent les murs des ambassades, des consulats et des résidences officielles du Canada à l’étranger depuis les années 1940 et ont été achetées alors que leurs créateurs n’étaient pas encore les célébrités qu’ils sont ensuite devenus.
Une oeuvre de Jean-Paul Lemieux intitulée «La fille au chapeau de fourrure» a été acquise directement auprès du peintre en 1963 pour 600 $ et est maintenant estimée à 300 000 $.
Le but du ministère est de vendre les pièces à des musées et à des institutions publiques en leur faisant bénéficier d’une réduction de 30 pour cent.
Le projet est en branle depuis deux ans et fait partie d’une stratégie visant à diminuer les dépenses du ministère des Affaires étrangères. Les détails de la vente ont été consignés dans des documents obtenus par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.
La valeur des 22 peintures ciblées a été évaluée à 4 millions $. Cent quarante autres tableaux ont été considérés pour une seconde vente. Cette démarche doit rapporter 3 millions $ par année de 2011 à 2014 puis 1 million $ pour chaque année suivante.
Le ministère a été extrêmement réticent à discuter de cette vente, en dépit des plans de communication détaillés élaborés en coulisses.
«Aucune des 20 pièces n’a été vendue ou donnée», a déclaré son porte-parole, Jean-François Lacelle, la semaine dernière. Il n’a pas voulu préciser si la vente allait avoir lieu et, le cas échéant, quand.
Le ministère des Affaires étrangères avait provoqué un scandale au Québec l’été dernier en retirant deux tableaux d’Alfred Pellan accrochés dans le hall de son quartier général à Ottawa pour les remplacer par un portrait de la reine Elizabeth II. Ces deux toiles devaient aussi être vendues avant d’être enlevées de la liste.
Parmi les autres oeuvres retenues figure une peinture à l’huile de Riopelle achetée en 1959 pour 900 $ qui en vaut maintenant 300 000 $. Selon les documents, elle est exposée à Washington depuis les années 1950.
La fille de l’artiste, Yseult, qui gère le catalogue de son père, a affirmé à La Presse Canadienne qu’elle n’était même pas au courant de l’existence de ce tableau.
Deux créations du mentor de Riopelle, Paul-Émile Borduas, sont également dans le lot. L’une d’entre elles, «La cathédrale enguirlandée», a longtemps décoré l’ambassade canadienne en Tunisie.
L’une des pièces les plus importantes est un paysage réalisé par Clarence Alphonse Gagnon estimé à 500 000 $. La vente comprend aussi des toiles de peintres nés à l’extérieur du Québec, dont Jack Bush, Edwin Holgate, David Milne et William Kurelek.
David Tuck de la galerie torontoise Wynick/Tuck a expliqué que les ambassades ont souvent été le principal moyen pour les artistes canadiens de se faire connaître à l’étranger parce que le Canada ne compte pas autant de musées et de collectionneurs que des pays comme les États-Unis.
«C’est très décevant de voir leur engagement dans ce dossier diminuer et je pense sincèrement que ce sera contreproductif à long terme», a indiqué M. Tuck. «L’argent tiré des exportations culturelles est une importante souce de revenus pour les économies culturelles développées et c’est un domaine dans lequel le Canada a encore beaucoup de travail à faire alors je pense qu’il s’agit ici d’un pas en arrière.»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger