21.4.12

Picasso, Crumb, Newton… : les expos à voir ce week-end



Evene aime le nouveau musée Lautrec à Albi, la rétrospective Robert Crumb au Musée d’Art moderne, la drôle de ménagerie de Boulogne, les muses sexy de Newton et Picasso comme on l’a rarement vu. Autant de trésors à découvrir avant ou après avoir voté.

 Musée Toulouse-Lautrec d'Albi
Après une importante rénovation, le musée Toulouse-Lautrec d’Albi dévoile son nouveau visage au public. Il aura ainsi fallu attendre onze ans pour redécouvrir la plus importante collection dédiée à l’enfant du pays, installée depuis 1922 dans le Palais de la Berbie, classé au patrimoine de l’Unesco. C'est par la Cour d’honneur pavée que le public pénètre désormais dans le Palais. La visite démarre par les années heureuses du peintre, exposées dans de nouvelles salles plus lumineuses : ses premiers jets, ses portraits, ses tableaux de jeunesse. Le visiteur plonge par la suite dans les Nuits parisiennes avant de redécouvrir l’intégrale de ses trente et une affiches, d’Aristide Bruant à Yvette Guilbert. Au deuxième étage, la visite s'achève par la collection d'art moderne.
Musée Toulouse-Lautrec, ouvert tous les jours de 10h à midi et de 14h à 18h. Palais de la Berbie. Place Ste Cécile, Albi.
© Musée Toulouse-Lautrec, Albi
 Robert Crumb, de l’underground à la Génèse
Une rétrospective au Musée d’Art moderne de Paris éclaire l’œuvre de Robert Crumb, géant américain de la bande dessinée underground. Pour Sébastien Gokalp, commissaire de l’exposition, "c’est sa liberté totale qui caractérise Robert Crumb. Il ne se censure jamais, même si c’est noir, honteux, sexuel, interdit". Big foot, Horny Harriet, Angelfood Mc Spade... Elles sont toutes là, les créatures fessues, mamelues et fortement charpentées imaginées par Crumb. Pour certains de ses fans, Crumb se serait fourvoyé en illustrant La Genèse. Le MAM expose les 210 planches de cet ouvrage publié chez Denoël et qui, traduit en 17 langues, lui a demandé quatre ans de travail. Crumb a bien illustré Kafka et Bukowski, Philippe K. Dick et Jean-Paul Sartre. Alors pourquoi pas la Bible ?
Musée d'art moderne de Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h.
Tribal Musette, © Robert Crumb 
 100 sculptures animalières
Voilà une exposition réjouissante dans un musée trop peu connu. Au 4e étage de l’austère bâtiment qui héberge le M.A.30 (Musée des années trente) à Boulogne-Billancourt a pris place une étonnante ménagerie. Parmi laquelle, quelques stars : le cerf de Pompon, le cochon de Win Delvoye, l’ours et le lion de Bugatti, un pigeon des frères Martel, le Scarabée Sacré de Jan Fabre. De l’objet d’art précieux à l’expérience-limite, les animaux apparaissent comme les compagnons de nos rêveries les plus diverses. Des œuvres d'artistes contemporains majeurs – Miquel Barceló, Michel Blazy, Jan Fabre, Alain Séchas – apportent également un éclairage nouveau à ce thème qui reste étonnement moderne.
100 sculptures animalières, jusqu'au 28 octobre 2012. Musée des Années Trente - Espace Landowski, 28, avenue André-Morizet, Boulogne-Billancourt - 01 55 18 46 42. Ouvert tous les jours sauf le lundi et le 1er mai de 11h à 18h.
Michel Urtado, © François Pompon, Grand cerf, 1929, plâtre
 Picasso à l’œuvre, dans l’objectif de David douglas Duncan 
Ce récit photographique, signé David Douglas Duncan, est un témoignage unique sur le Minotaure, sur l’homme et sur l’artiste au travail. Et l’exposition présentée à La Piscine de Roubaix prend ainsi un caractère exceptionnel : 157 images vintage sont mises en perspective par 100 œuvres de l’artiste catalan (peintures, sculptures, céramiques…). Des pièces que l’on découvre souvent en cours d’élaboration dans les clichés. D’une certaine façon, le reportage de Duncan prolonge la démarche du Mystère Picasso – film sur le Maestro qui avait fait sensation à Cannes en 1956 -et montre les conditions dans lesquelles le maître exécute ses œuvres.
Picasso à l'oeuvre, dans l'objectif de david Douglas Duncan, jusqu'au 20 mai au Musée de La Piscine, 23, rue de l'Espérance à Roubaix. ouvert le week-end de 13h à 18h et en semaine de 11h à 18h (20h le vendredi).
© David Douglas Duncan
 Helmut Newton au Grand Palais
Des femmes nues sur fond blanc, photographiées de front, tendues comme dans les portraits d’un gardien de prison : les images les plus connues d’Helmut Newton donnent le ton de cette première grande rétrospective en France consacré à l’homme par qui le "porno chic" est arrivé. Après quelques collaborations à Playboy dans les années 1950, les photos qu’Helmut Newton a publiées dans les magazines "Vogue", "Marie-France" ou "Elle" ont fait de lui l’un des pères fondateurs du bling-bling. À force de ne prendre au sérieux aucune sociabilité, la provocation propre à Newton se résume à une affolante invitation à l’oubli et à l’indifférence. Son travail aura été le fossoyeur d’autres formes de glamour, celui de Man Ray, de Richard Avedon… Et pourtant, il n’en reste pas moins que ses images sont irrésistibles. C’est ainsi : Helmut Newton, père spirituel de Jeff Koons et David LaChapelle, a beau être parfois contesté, on parcourt ses photographies comme on lèche une vitrine. 
Helmut Newton, rétrospective au Grand Palais, jusqu'au 17 juin 2012. Avenue Winston-Churchill - 75008 Paris.
Tied Up Torso, Ramatuelle, France 1980, © Helmut Newton

Par Cécile Auguste, Olivier Bailly, Valentin Portier, Maxime Rovere et Étienne Sorin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger