1.4.12

Programme «L’Envoyé aux arts» : une formation efficiente d’artisanes

Ajouter une légende
Dans le cadre du programme baptisé «L’envoyé aux arts», initié par le Département d’Etat américain, en collaboration avec l’Agence nationale de l’artisanat traditionnel (ANART), le ministère du Tourisme et ses différentes agences régionales, Mme Linda Moriarty, experte en matière de trading de l’artisanat, anime des ateliers et des workshops depuis le 28 mars, et ce, jusqu’au 5 avril  à Alger, Tlemcen et Ghardaïa.

Le tout premier atelier du programme «L’Envoyé aux arts» a été animé au village artisanal de l’Anart, à Sidi Fredj, mercredi dernier, et ce, sous les auspices de Mme Linda Moriarty, experte américaine en trading (commercialisation et promotion) de l’artisanat et avec la participation agissante d’artisanes venues d’Alger, Tizi Ouzou et Tipasa, faisant dans la céramique, la broderie, la dinanderie, la tapisserie, l’orfèvrerie, l’art culinaire traditionnel ou encore la peinture sur soie. Ce fut un atelier didactique et interactif où des jeunes femmes, excellant dans leur métier manuel, ont présenté leurs différents produits à «l’Envoyé aux arts». Mme Linda Moriarty, ayant 35 ans d’expérience de trading de l’artisanat, expliquera sa mission pédagogique:  «Mon rôle porte essentiellement sur les conseils, l’assistance, la promotion et le développement des arts et de l’artisanat. C’est un domaine où je suis impliquée depuis longtemps, et surtout la gestion des arts et son amélioration. Il s’agit du marketing et de la promotion. Aussi, l’Algérie a une grande tradition quant à l’artisanat. Les artisanes que j’ai rencontrées sont créatives, dynamiques, actives et très à l’écoute. Dans ce domaine, la plus-value sera le développement de leur technique de marketing à l’endroit de leur clientèle, les consommateurs de produits d’artisanat... Cela a été intéressant de discuter avec les artisanes algériennes. Elles sont responsables, respectueuses de leurs traditions ancestrales tout en les perpétuant avec des fois une touche de modernité. C’est très important de conserver ses traditions. Elles ont vraiment cela dans leur cœur. Et puis, c’est un défi en vue d’un marché ouvert de l’artisanat.»

Mme Linda Moriarty a profité aussi pour visiter plusieurs magasins de produits d’artisanat à Alger-centre. Mme Barbiche Fazia, directrice générale de l’Anart, indiquera : «Cette session avec l’ambassade des Etats-Unis, tout comme on est en train de le faire avec les pays de l’Union européenne, porte sur le développement de la commercialisation de l’artisanat, et ce, de par une expertise professionnelle et efficace d’une manière concrète allant du packaging à l’étiquetage en passant par le merchandising, et cela, pour que les artisanes soient mieux armées et plus perfectionnistes.» Ce programme, proprement dit, comporte une formation et des expositions locales dont la dernière, collective, se tiendra le 5 avril à l’ambassade des Etats-Unis, en guise de «test» évaluant la prise en compte des conseils prodigués par Mme Linda Moriarty.

K. Smail

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger