4.5.12

La BD dans les sommets

Arzak, le dragon rayé (détail). Encre de couleur pour une illustration réalisée à l'occasion de la sortie de l'album "Destination Tassili", publié en 2009 aux éditions Moebius Productions. 30 x 40 cm. © Artcurial / BPFT
À gauche, "les premiers faubourgs de la charmante ville de La Rochelle" : le dessin hachuré d'une cité futuriste, enchevêtrement d'immeubles et de ponts aux formes géométriques, où plane un zeppelin. À droite, l'"île de Ré qui se profile, sereine, dans le lointain" : une masse noire et menaçante qui crache une fumée d'enfer. Au-dessus, l'auto-caricature du dessinateur, qui se représente sur une scène de théâtre. La dernière planche de La déviation de Gir, alias Jean Giraud, alias Moebius, stupéfie. Ce n'est plus Blueberry, pas encore Arzach. C'est un lent basculement d'univers, le laboratoire d'une nouvelle bande dessinée où, comme le note l'historien d'art Serge Lemoine, l'auteur trouble son lecteur "en jouant de la contradiction entre ce qu'il représente et ce qu'il nomme".


L'oeuvre, estimée entre 8 000 et 12 000 euros, sera vendue chez Artcurial le 5 mai, avec une vingtaine d'autres pièces du dessinateur récemment décédé. Manière pour la maison de vente, leader mondial du marché de la BD, de "rendre hommage" à un "génie du neuvième art" et de montrer "toutes les facettes de son talent". En comptant sur sa disparition pour gonfler sa cote ? "Nous ne sommes pas des spéculateurs, rétorque Éric Leroy, expert chez Artcurial, dont il a cofondé en 2005 le département bande dessinée. Moebius est un artiste majeur, et le catalogue comprend des pièces superbes." Comme la couverture de l'album La tribu fantôme de Blueberry, entièrement réalisée à la gouache et estimée à 40 000 euros ; une planche à l'encre de Chine du Surfeur d'argent (estimée entre 10 000 et 15 000 euros) ; une illustration d'Arzach à l'encre de couleur (entre 18 000 et 22 000 euros).

Cotations

La vente de samedi témoignera-t-elle une fois encore de la bonne santé du marché de la bande dessinée ? Probable. Moebius est - était déjà de son vivant - une valeur sûre, et les salles d'enchères fonctionnent à plein. En mars dernier, Artcurial avait atteint un résultat de plus de 2,5 millions d'euros (pour une estimation basse de 1,5 million d'euros) au terme d'une vente comprenant des éditions originales de Tintin, des planches d'Enki Bilal... et un dessin en couleur de Moebius, estimé à 10 000 euros et vendu à un prix plus de quatre fois supérieur.
Vedettes du marché : les planches originales, qui dament le pion aux collections d'albums, aux objets dérivés et aux vieux journaux. "Une évolution s'est produite dans l'esprit des amateurs, souligne Éric Leroy. On n'hésite plus, par exemple, à accrocher aux murs d'un appartement des dessins originaux." Les noms les plus populaires du neuvième art ne sont d'ailleurs plus aujourd'hui seuls à être prisés. L'univers fantastique et troublant de Nicolas de Crécy a ainsi été apprécié des collectionneurs dès son entrée sur le marché, avec des dessins adjugés à plus de 10 000 euros.

Tintin superstar

Un score appréciable, mais à des années-lumière des chiffres atteints par Hergé : Tintin fait des ravages à chaque mise aux enchères. En 2008, Artcurial décrochait un record mondial en adjugeant pour 764 000 euros une couverture originale à la gouache de Tintin en Amérique, réalisée en 1932 - l'une des cinq pièces de ce type à exister, l'une des deux à être en mains privées. En 2010, Drouot et Artcurial s'affrontaient dans des ventes concurrentes de dessins originaux de Hergé. L'année suivante, en pleine promotion du film de Spielberg, Artcurial faisait carton plein avec l'"univers" du petit reporter-photographe. Et le 2 juin 2012, la maison organise de nouvelles enchères avec, en superstar, la fameuse couverture gouachée de Tintin en Amérique que son acheteur de 2008 remet sur le marché, et dont la maison espère un nouveau record.
"Certaines périodes de Hergé sont plus courues que d'autres : les collectionneurs cherchent davantage les dessins des années trente ou quarante que ceux des années soixante, précise Éric Leroy. Mais Hergé reste un phare de la bande dessinée, coté largement au-dessus des autres dessinateurs." Sera également mise en vente le 2 juin une série des figurines réalisées dans les années quatre-vingt. Certaines valent une dizaine d'euros ; d'autres 2 000. La vente Moebius comportera, de même, des sérigraphies et des planches estimées à 100 ou 200 euros à côté des pièces majeures. Un grand écart propre au marché de la BD, qui tente de rester (encore) un art populaire.
 "La déviation". Encre de Chine pour la planche 7 de fin de l'histoire "La déviation", publiée initialement dans l'album "Gir" en 1974 aux éditions Futuropolis dans la collection 30 x 40. Publiée ensuite dans l'album "La déviation" en 1980 aux éditions Les Humanoïdes Associés, en 1985 dans l'album "Les yeux du Chat - La déviation", puis dans l'album "Arzach" en 1991 dans la collection Pied Jaloux. Histoire prépubliée dans la revue "Pilote" datée du 29 novembre 1973. 50 x 39 cm. © Artcurial BPFT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger