4.5.12

Pamiers. La première galerie d'art de la ville vient d'ouvrir

L'Appaméen Daniel Despothuis expose jusqu'à fin juillet pour la 1ère fois à Pamiers depuis 30 ans./Photo E.C.
Ce soir Daniel Despothuis organise le vernissage de l'exposition de ses œuvres d'art contemporain dans une galerie toute neuve 1ère du nom rue des Carmes.
L'unique galerie d'art contemporain de Pamiers vient d'ouvrir ses portes rue des Carmes. Ce soir Daniel Despothuis l'inaugure avec le vernissage de son exposition intitulée « Présence ». Voilà plus de 40 ans que ce prothésiste dentaire à la retraite né à Pamiers, titille les toiles dans son atelier de la rue Jean-Gauthier. « Mais je n'ai pas exposé ici depuis… Plus de 30 ans », déplore-t-il. La raison ? Pas de salle adéquate, hormis la salle Espalioux qui accueille parfois des expositions, « mais elle est très mal adaptée à l'art contemporain », estime-t-il. La dernière exposition de ses œuvres avait eu lieu à la maison des jeunes, « je crois qu'à l'époque je peignais encore du figuratif », raconte-t-il.
Car Daniel Despothuis est un artiste qui évolue. « Ma peinture dénote mes transformations intérieures et me révèle des choses sur moi-même », confie le peintre. Cela dans le but de bousculer, de remuer le public. « Il ne faut pas essayer de comprendre mes œuvres, les gens doivent juste se laisser transporter, se laisser aller », précise-t-il. Pour parvenir à ses fins, l'artiste utilise toutes sortes de matériaux, depuis le bois flotté ramené de Corse jusqu'aux vieux jeans et t-shirts… Des toiles de toutes tailles, des sculptures aussi. Une redondance : la croix. Et comme rien n'est complètement gratuit en art, on en cherche le sens… Ce n'est pas vraiment le passé d'enfant de cœur de l'artiste qui le crucifie, non « c'est juste que la croix est un symbole fort, je trouve ». « C'est quelqu'un qui est plus dans l'addition et la multiplication que dans la division et la soustraction ! », s'amuse un ami de passage à la galerie. «Le « x » c'est l'inconnu », l'artiste fait des mathématiques et même de la finance. Un « AAA +++» traîne sur le grand tableau bleu dans l'entrée, « le « A » c'est le début et les « +++» le sens de la vie », précise-t-il.
Le cycle de la vie
Trente-six œuvres sont exposées. Une salle dans un style très « design » est dédiée à une projection vidéo. Pendant cinq ans, tous les matins après sa douche, Daniel Despothuis a photographié son savon d'Alep. « J'ai cherché à voir comment il évoluait, quand j'en terminais un je le posais sur le nouveau et il s'incrustait peu à peu », une façon pour lui de démontrer que rien n'est jamais fini. Dans un flou artistique les photos défilent pendant trente minutes... « Il faut être motivé pour tout regarder », plaisante-t-il. Le titre est un jeu de mot : « Que savons-nous ? Réflexion ». Le seul mot d'ordre est la méditation.
Une galerie d'art… pour « bousculer »
Le vernissage de l'exposition «Présence» de Daniel Despothuis aura lieu ce soir à 18 heures au 19 rue des Carmes. La galerie baptisée « Les Carmes-Art contemporain » l'accueillera jusqu'au 29 juillet. Ensuite, seul l'art contemporain aura le droit de cité entre ces murs. « Nous avons entièrement rénové ces locaux, repeint les murs en blanc. Nous avons installé l'éclairage nécessaire avec le propriétaire sur une surface de 110 mètres carrés exprès pour cela. Je souhaite que cette galerie n'accueille que de l'art contemporain pour bousculer un peu le public appaméen », explique Daniel Despothuis.
ladepeche



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger