26.9.12

Londres : la fin des galeries à Cork Street ?

LONDRES (ROYAUME-UNI) [25.09.12] - Des projets immobiliers initiés par les propriétaires des locaux va forcer la moitié des galeries d’art de Cork street à changer d’adresse. Cork street, située dans le quartier Mayfair de Londres, est depuis longtemps le quartier des galeries d’art. Elle pourrait d’ici peu ne plus mériter sa réputation, et ce bien contre son gré. Quatre galeries ont récemment été informées par le propriétaire de leurs locaux, la société Pollen Estate, d’un projet immobilier visant à la reconstruction des bâtiments. L’information pourrait sembler banale si les récents événements concernant le devenir des marchands d’art dans Cork street ne la rendaient pas préoccupante.

En août dernier, sept galeries installées à l’autre extrémité de Cork street avaient déjà reçu un avis les obligeant à quitter les lieux avant la fin de l’année prochaine. La compagnie d’assurance Standard Life Investments, qui possédait les locaux a vendu les bâtiments au promoteur immobilier Native Lands qui a fait valider un projet visant construire des appartements de luxe. Ce futur ensemble immobilier est financé à 45 % par des investisseurs du Qatar, par la compagnie Hotel Properties Limited (HPL) et par la firme d’investissement Malaisienne Amcorp.

Le porte-parole de Pollen Estate a précisé que le projet comprendrait des espaces de bureaux, des commerces et des galeries d’art, ajoutant que les galeristes avaient été consultés au préalable afin qu’ils puissent donner leurs avis sur les détails du projet.

Bernard Jacobson , propriétaire de la galerie éponyme n’a cependant pas eu cette impression. « J’ai été forcé à partir. Ils vont probablement tripler le loyer. Ils disent qu’ils veulent que ça reste une rue d’art mais ils ne s’intéressent qu’à l’argent » et d’ajouter « Cork street a été tuée par la cupidité des propriétaires ».

Les craintes concernant l’augmentation excessive des loyers sont partagées par la plupart des galeries concernées. Simon Tarrant de la Alpha gallery, forcé à partir par Native Land ne se fait guère d’illusions quant aux promesses faites de conserver des espaces dédiées aux galeries d’art dans le nouveau projet immobilier.

« …aucun des petits marchands d’art indépendants britanniques, comme la Alpha Gallery, n’aura les moyens de faire face à l’inévitable hausse des loyers qui résultera de ce développement » a-t-il déclaré.

A moins que les protestations des galeristes ainsi que des 9 000 personnes ayant déjà signé la pétition de soutien visant à l’arrêt des deux projets immobiliers ne soient entendues par le conseil du district de Wesminster, 11 des 22 galeries situées dans Cork street devront donc plier bagage dans les prochains mois.

LeJournaldesArts.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger