3.10.12

La Gaude, une cité d’art contemporain qui s’engage…

« ARTISTES ET POLITIQUES, Personnages Engagés » est un événement qui vise à susciter la curiosité intellectuelle et faire naître ainsi un réel désir de culture.
L’exposition s’inscrit dans « l’activation des consciences » et « l’agir communicationnel » au nom de l’art de proximité.
L’exposition fait entrer à La Gaude le débat autour de la « conscience citoyenne » et elle est la démonstration que l’art est un « acte de terrain » voire un garde-fou vigilant.
La question de l’engagement mérite d’être posée et demande une réponse sans échappatoire.
Les œuvres exposées appellent donc la réflexion sur ce qui devrait occuper chaque instant de notre existence et faire de notre vécu une expérience épanouissante.

Chaque œuvre présentée participe à la démonstration que rien, dans un ciel intelligible, ne dessine les projets de l’homme en tant « qu’animal politique » (Aristote).
Dans toute société, il faudrait, idéalement, que l’homme s’engage, libre de toute contrainte et en dehors de toute prédétermination. ARTISTES ET POLITIQUES, « Personnages Engagés » est donc une exposition qui fait l’apologie de la pleine responsabilité citoyenne et de la totale liberté politique : l’homme impliqué dans la cité engage toute l’humanité en construisant sa vie civique dans un processus « civilique » (Braudel).
La Gaude, décrétée une nouvelle fois pour l’année 2012 Cité d’Art Contemporain, décline l’homme-citoyen dans tous ses états en interrelation permanente avec ses environnements sociétaux.
L’exposition « La Gaude : Cité d’art Contemporain » marque la volonté de concrétiser la DEMOCRATIE culturelle de proximité : il s’agit d’initier une démarche de participation de tous à la promotion de l’art.
L’évènement « Artistes et politiques, Personnages Engagés » investit La Gaude dans cinq lieux d’exposition, cinq « pavillons » aux dénominations évocatrices de la politique contemporaine....
Pavillon Guerre : Chapelle
« Maître Sun a dit : La guerre est la grande affaire des nations ; elle est le lieu où se décident la vie et la mort ; elle est la voie de la survie ou de la disparition ».
De façon plus importante encore, le terrorisme questionne radicalement le politique en changeant les règles du jeu guerrier à travers une tentation nihiliste qui exclut toute médiation. Guerre humanitaire, guerre contre le terrorisme, la conceptualisation classique de la guerre devient insuffisante.
Pavillon Crise : Salle Polyvalente
Unique lieu de l’exposition dans lequel les œuvres sont présentées par pays, évoquant l’universalité et la contemporanéité d’une telle dénomination...
En effet, « Crises » revêt une impression forte d’incertitude éprouvée par chacun, un sentiment d’impuissance face à un système politique, économique et social qui semble s’user. C’est aussi un malaise remettant en cause la pratique politique. Rien de neuf à cela dans une société « de crise » à distinguer de la société « en crise » ! Les crises ne résultent pas nécessairement de l’action de « manipulateurs » désignés (médias, extrémistes, terroristes,etc…), nous sommes tous complices des crises dans la façon dont on en parle, créant le mirage de la morosité ambiante. Il faut donc s’interroger sur l’humain pour comprendre les causes et les processus des crises ainsi que leurs conséquences dans notre société. L’homme morcelé est confronté au paradoxe : celui des contradictions des systèmes partagés entre la montée des individualismes et l’atomisation du corps social d’une part et le désir d’égalité et le besoin de solidarité d’autre part. Toute action collective ou individuelle serait peut-être soumise ou réduite à des structures.
Pavillon Humeur : Jardins
Aux orateurs de l’agora de la cité grecque, aux philosophes idéalistes des Lumières et aux tribuns des républiques précédentes se sont substitués des « people » de la politique. Le jeu médiatique impose un discours et des postures qui répondent plus à l’art scénique qu’à l’expression des idées politiques. En fait, nous assistons à un essai de détournement du pouvoir par une caste médiatique. Leur influence semble telle qu’ils exercent un réel contre-pouvoir que d’aucuns désignent par le terme de « télécratie ». Aujourd’hui, il leur faut devenir des stars, faire partie du monde des media, pour pouvoir susciter l’intérêt des foules.. « France, mère des arts, des armes et des lois » où es tu, qui te laisses diriger par une telle médiocrité ?
Pavillon Charisme : Mairie
La typologie du Sauveur établie par Raoul Girardet montre que « l’homme providentiel répond à une situation et à des besoins sociaux situés. » L’appel à l’homme providentiel répond à une double demande : celle de résoudre une crise de légitimité et celle de satisfaire un besoin de sacré dont est encore investi le politique face au désenchantement du monde. « L’homme providentiel est un révélateur de la société. Le paradoxe de son absence continue sa fonction... »
Pavillon Engagement : Façade Mairie
Mathias Enard : « Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants ». Discours de soirée électorale devant une foule attristée ou enthousiaste ; une chaise vide devant une caméra de télévision ; le visage hébété d’un homme surpris par les huées soudaines de la foule ; les chaises renversées et ensanglantées d’une tribune. Tous moments plus ou moins spectaculaires « d’engagement »ou de « dégagement » de personnages politiques, c’est-à-dire de personnes détenant le pouvoir de l’État, ou une partie du pouvoir de l’État, et montrant des qualités qui lui permettent de l’exercer. La mise en scène spectaculaire du pouvoir recherche délibérément à gonfler l’importance de ses acteurs. La société médiatique favorise le romantique ou le pathétique d’une histoire, pas la réflexion ni l’analyse approfondie. Entre la mise en scène de la mémoire par le politique, le besoin d’identification et de simplification de la compréhension par les individus, l’histoire collective telle que vécue est surtout celle des histoires des grands hommes. Serait-ce là la véritable empreinte de l’engagement, dans l’écriture ultérieure d’un roman national ou politique, dans l’inspiration des futurs acteurs ?
Expo- Off Artistes Gaudois : La Coupole
Dans ce cadre, les artistes Gaudois investiront La Coupole, lieu privilégié de la culture à La Gaude, pour apporter leur regard sur un des aspects du sujet proposé : " la politique vue par l’artiste".
Un "Regard"populaire donc sans concession, rugueux jusqu’à l’abrupt, critique voire acerbe, goguenard comme celui de Gavroche, caricatural comme celui du chansonnier, jovial et truculent mais sans jamis tomber dans l’agressivité et le militantisme et encore moins dans le vulgarisme ou l’insulte...
Les oeuvres exposées par les Artistes Gaudois reflèteront donc une vision, souvent décapante, qui redonne aux choses, aux gens, aux faits, leur réelle dimansion. L artiste véhiculant ainsi un message, celui d’un univers à la fois semblable et différent du nôtre. Cette expositio, partie intégrante du Festival, portera le nom 
de"Regards Gaudois"
Par redaction Nice-Premium - Nice Premium

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
1) écrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2)Si vous avez un compte, identifiez-vous dans la liste déroulante Commentaire sinon veuillez saisir votre nom ou pseudo
3)Vous pouvez en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4)Cliquer sur Publier enfin.
Le message sera publié après modération voila c'est fait et un gros merci car vos mots m'encouragent à continuer l'aventure de ce blog

blogger